Festifs et écolos, les « Solar Sound System » éclosent partout dans le monde

  • Posté par : admin
  • Le : 28 août 2017

Thèmes

Energies renouvelables, Festival


Article

Parties de Paris, ces sonos alimentés par des panneaux solaires et des vélos se dupliquent aujourd’hui à Marseille, Berlin ou Tel-Aviv. Derrière les platines et l’invention, le laboratoire Atelier 21 organise la communauté et lance sa propre web radio.

À Berlin, la campagne de crowdfunding se termine au moment où le soleil commence à briller à nouveau. Cet été, la capitale Allemande pourra elle aussi compter sur son Solar Sound System. Le principe ? Grâce à des panneaux solaires et des vélos-dynamos, cette sono d’un genre nouveau permet de faire la fête sans courant électrique grâce à l’énergie des foules et à celle du soleil.

Montés sur une structure mobile, les Solar Sound System peuvent être aisément d’un point à un autre. Une fois déployés ils emmagasinent l’énergie solaire dans un batterie qui alimente à son tour les platines DJ, les ordinateurs et les enceintes. Pour augmenter l’apport en énergie et pallier aux jours de mauvais temps, les vélos permettent au public de pédaler pour générer des watts supplémentaires et donc des décibels. On en trouve aujourd’hui à Paris, Berlin, Bayonne, Tel Aviv…

De Lausanne à Paris

« L’idée a germé en 1999 à Lausanne alors que je faisais campagne avec une association pour la taxation des énergies fossiles, raconte Cédric Carles, à l’origine du mouvement et du laboratoire Atelier 21. J’ai alors eu l’idée de faire de la musique avec l’énergie solaire pour sensibiliser depuis la rue et de façon festive. » Par la suite, Cédric duplique l’invention au Brésil ainsi qu’en Inde. Mais c’est à partir de 2010 à Paris que le Solar Sound System commence à prendre son envol.

« Avec Thomas et Rubens d’Atelier 21, on a lancé une campagne de crowdfunding pour installer une sono solaire sur un triporteur électrique. Le projet est entré en résonance avec le dynamisme de l’écosystème parisien ». Fukushima passe ensuite par là, puis la COP 21. « La prise de conscience des enjeux écologiques nous a permis de nous produire dans de nombreux festivals comme lors de la Techno Parade ou dans des forums. » 

Crowdfunding et subventions

Plusieurs collectifs ont souhaité répliquer ce projet écolo et festif à la fois. Cédric, Thomas et Rubens les encadrent. « On fait du cas par cas en fonction de qui est en face. À Berlin, nous nous sommes déplacés pour les aider à construire le système. Il faut du matos solide qui ne lâche pas en route. » Il faut dire que certaines expérience ont rendu l’équipe un peu plus prudente. « On a expédié un Solar Sound System au Cameroun dont on a jamais eu de nouvelles. Un autre est resté bloqué dans un container à Haïti », se remémore l’ingénieur.

 

Au total, compter 20 000 euros pour construire chaque système. « Ce prix inclut bien sûr les pièces mais aussi le capital humain, le travail de terrain pour s’assurer que le Solar Sound System trouvera des dates pour se produire. » Une somme qui est la plupart du temps obtenue par un mélange de crowdfunding pour « engager la communauté », de subventions locales et d’investissement personnel. Les dates décrochées permettent par la suite de rentabiliser un peu le système.

Radio Solar

Après Lausanne, Paris, Berlin, Marseille, Bayonne et Tel Aviv, de nouveaux Solar Sound System pourraient voir le jour à Hong-Kong, Londres et Zurich. Et les modèles se perfectionnent en permanence. « On a eu l’idée de rajouter des jauges et des câbles à LEDs qui s’allument lorsque de l’énergie est produite pour symboliser le circuit du courant », illustre Cédric.

Pour fédérer cette communauté naissante, l’équipe a lancé il y a peu sa propre web radio, Radio 3S, qui diffuse de la musique électronique 24h/24. « C’est une façon de partager non seulement des contenus techniques mais aussi des contenus musicaux et de faire la fête différemment », détaille Cédric. Au programme : des podcasts bien sûr, mais aussi du streaming musical entre différents collectifs Solar Sound System qui font des dates simultanées. « Pas mal d’artistes ont trouvé des contacts et des opportunités grâce à cette radio », assure Cédric. Une autre vertu méconnue de l’énergie solaire.  

 

Crédit photo de une : Free Rubens


Mots-clés
: festivals écologique, webradio

Partager ou consulter...

des articles sur les actions menées ou sur des questions plus générales pour alimenter la démarche de progrès proposée par la PES Auvergne.